Utiliser un plan de gestion de données en archéologie

Le consortium MASA (Mémoire des archéologues et des sites archéologiques) de l’infrastructure de recherche Huma-Num met à disposition de la communauté archéologique un modèle de plan de gestion de données.

Mener un projet de recherche aujourd’hui en archéologie, quelle que soit la nature de ce projet, qu’il contienne ou non une phase de collecte sur le terrain, implique la réutilisation de données existantes et la production d’une masse importante de fichiers numériques de natures différentes (dessin, carte, plan, base de données, SIG etc).
Utiliser un plan de gestion de données, outre de répondre aux injonctions des agences de financement de la recherche permet, tout au long du cycle de vie du projet, d’avoir une vision précise des données utilisées et produites. Il incite les différents partenaires à adopter, dès le démarrage du projet, des règles communes en matière de gestion de données et à clarifier les questions de propriété, accessibilité et diffusion. Il décrit le contexte de collecte ou de production des données, le cadre juridique qui leur est appliqué et réglemente leur diffusion, précise leur lieu de stockage et de conservation, leur accessibilité durant et à l’issue du projet. Il incite à anticiper les besoins financiers et humains nécessaires à une bonne gestion des données.

Le modèle MASA a été conçu en tenant compte des exigences de l’agence nationale de la recherche (ANR) en matière de gestion de données et met en avant l’utilisation de standards disciplinaires partagés au sein de la communauté archéologique (référentiels, format de métadonnées, entrepôts). En outre, il permet de faire le lien avec les opérations archéologiques dont sont issues les données produites/utilisées dans le cadre du projet.

Ce modèle est accessible sur la plateforme DMP-OPIDoR de l’Inist.

Utiliser le modèle de PGD MASA depuis la plateforme DMP OPIDoR

La plateforme OPIDoR rend possible le téléchargement du modèle afin de le renseigner en local sur son propre ordinateur, mais également son utilisation directement depuis la plateforme. Cette deuxième solution permet le travail collaboratif et aussi éventuellement, à l’issue du projet, la publication du plan de gestion de données comme trace des données produites.

partager DMP
Partager un PGD avec DMP OPIDoR
telecharger DMP
Télécharger un plan de gestion de données réalisé avec DMP OPIDoR


Citer ce billet
Emmanuelle Bryas (2023, 10 janvier). Utiliser un plan de gestion de données en archéologie. ArchéO'liens. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bck9

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search