Un complexe artisanal de potiers gallo-romains en Normandie

Cette opération archéologique dirigée par Yves-Marie Adrian est située en milieu forestier à Appeville-Annebault, dans le département de l’Eure.

Adrian (Y.-M.), Hulin (G.) — Un complexe artisanal de potiers gallo-romains, forêt de Montfort-sur-Risle, Appeville-Annebault (Eure) :  rapport de diagnostic : Cesson-Sévigné : Inrap GO, 2021. 164 p.

https://dolia.inrap.fr/flora/ark:/64298/0162985

Lien Zotero

Le site avait déjà été repéré en 1980, avant de faire l’objet de petits sondages manuels et de ramassages après la tempête de 2000, le déracinement de plusieurs arbres ayant révélé des vestiges et du mobilier.

En raison de l’intérêt manifeste du site, un diagnostic s’est échelonné entre 2015 et 2017, préalablement aux besoins de l’exploitation forestière menée sur cette parcelle par l’ONF.  Bien que limitée à des tranchées et quelques fenêtres, l’opération a révélé un probable vicus d’une dizaine d’hectares, tout entier consacré à la production de céramique commune entre les IIe et IIIe siècles. L’intégralité de la chaîne opératoire y est documentée, depuis l’extraction d’argile jusqu’à la cuisson. En raison d’une absence complète d’érosion et de faibles perturbations, le gisement archéologique s’avère remarquablement conservé, livrant des informations multiples généralement disparues sur les sites ruraux.

Parmi les acquis majeurs de l’opération se distingue surtout un corpus d’une quinzaine de bâtiments légers, établis sur solins de pierres sèches, dont plusieurs sont liés à la fabrication de la céramique tandis que certains autres pourraient être des habitations. Un petit lieu de culte (édicule) se remarque également au milieu des installations artisanales.

Les quelques fours découverts, remarquablement conservés et formant des groupes, ne constituent à l’évidence qu’une très petite partie des structures de cuisson utilisées pendant les deux siècles d’activité. La fouille de l’un d’entre eux a livré un exceptionnel dépotoir illustrant la production vers le milieu du IIIe siècle.

L’ensemble du mobilier n’a toutefois malheureusement pas pu être étudié dans le cadre de l’opération, car il demande des moyens bien supérieurs à celui d’un diagnostic archéologique conventionnel. L’inventaire détaillé souligne toutefois le potentiel céramologique de plusieurs ensembles.

Ce diagnostic offre ainsi un intéressant aperçu d’une importante et longue activité potière, établie dans un environnement particulier, en livrant notamment des éléments notables sur son organisation.


Yves-Marie Adrian est céramologue et responsable d’opération spécialiste de la période antique, il travaille dans la région normande depuis le début des années 90. Rattaché à l’ UMR 7041, équipe GAMA (Gaule et Monde Antique) de l’Université de Nanterre, il a eu plusieurs fois l’occasion de fouiller des ateliers de potiers en contexte préventif et/ou programmé.




Citer ce billet
Christine Boumier (2023, 5 juin). Un complexe artisanal de potiers gallo-romains en Normandie. ArchéO'liens. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bckj

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search