ArchAIDE : un nouvel outil d’identification de la céramique ?

 

 

 

Le projet ArchAIDE

est un projet financé par le programme de recherche et d’innovation Horizon 2020 de l’Union Européenne. Il a pour but de créer un outil de reconnaissance automatique des fragments de céramique provenant de fouilles archéologiques. Il a débuté en juin 2016 et s’est achevé en mai 2019.

Le projet s’est construit sur la proposition de deux archéologues chercheurs italiens Gabriele Gattiglia et Francesca Anichini, consistant à développer une application pour identifier et stocker les images de tessons de poterie découverts sur un terrain de fouilles. Le gain considérable de temps engendré par l’utilisation de cet outil doit permettre aux experts céramologues de se concentrer sur l’analyse détaillée des artefacts.

Ce projet étant complexe et coûteux, un consortium a été créé, composé de membres venant d’Allemagne, d’Espagne, d’Italie, du Royaume-Uni et d’Israël. En tout, plus de 35 chercheurs, informaticiens, designers et vidéastes issus de neuf universités, centres de recherche publics et entreprises privées de ces 5 pays ont été impliqués.

Le programme ArchAIDE est coordonné par le laboratoire MAPPA (laboratoire du Département des civilisations et des formes de connaissances de l’Université de Pise) qui est spécialisé dans le développement des méthodes numériques appliquées à l’archéologie ainsi que le traitement de l’Open Data, de l’analyse de données, de l’intelligence artificielle et des SIG.

Près de 25 000 tessons ont été photographiés à travers l’Europe par les archéologues pendant des mois et des millions de tessons virtuels ont été créés par le bris artificiel de modèles 3D de poteries. Toutes ces images ont été nécessaires pour apprendre au logiciel à reconnaître les formes céramiques.

ArchAIDE comment ça marche ?

ArchAIDE est un système de reconnaissance automatique, généré par l’intelligence artificielle, de fragments de céramique. Il se présente sous forme d’une application disponible sur l’AppStore et GooglePlay et téléchargeable gratuitement sur un mobile.

 

 

L’utilisateur prend une photo du tesson de poterie qu’il souhaite identifier. Ensuite, il l’envoie à un module de reconnaissance automatique (le classifieur). La photo prise viendra alors compléter la base de données. Deux types d’identifications sont possibles :

  • Cas numéro 1 :

le fragment de poterie comporte des couleurs ou/et des dessins. Dans ce cas l’application utilise un modèle de reconnaissance basé sur les décorations pour l’identification.

  • Cas numéro 2 :

le fragment de poterie ne comporte aucune décoration. il faut, dans ce cas, en plus de la photo, tracer le contour du fragment via l’application mobile. Le modèle de reconnaissance utilisé cette fois-ci est fondé sur la forme.

Après l’analyse l’application fournit en quelque secondes cinq réponses avec un pourcentage de précision pour chacune. Les réponses proviennent de 5 catalogues scientifiques validés par la communauté archéologique pour chaque type de céramique.

Avenir de l’application :

Depuis la fin du projet en mai 2019, Le MAPPA Lab continue à alimenterl’outil avec de nouveaux catalogues grâce à la participation d’institutions nationales et internationales, cela dans le but d’améliorer la précision du système car l’application ne contient que quelques classes de céramiques. Les concepteurs comptent également sur l’enrichissement de la base de données par l’ajout progressif de nouvelles informations émanant des membres de la communauté au fur et à mesure de leurs propres découvertes. En 2019, les résultats du projet archAIDE atteignaient déjà un taux de précision de 83,8 % pour le modèle de reconnaissance fondée sur l’apparence et un taux de 62,8 % pour la reconnaissance fondée sur la forme. Avec la participation de tous, ces taux sont appelés à augmenter progressivement avec l’évolution de la base de données, de sorte que le système devienne à terme une ressource de référence pour la recherche sur la poterie à travers les lieux et les âges.

Limites actuelles de l’application :

  • La base de données ne recense encore d’informations que sur des amphores romaines, des céramiques sigillées d’Italie, de Gaule du Sud et d’Espagne, et des majoliques de Monteluppo, Barcelone et Valence. De plus, le classifieur n’est pas encore adapté à tous les types de céramique recensés. L’outil nécessite donc d’être alimenté par un grand nombre d’exemples de fragments de céramique provenant de nombreux sites différents pour gagner en performance.
  • L’absence d’institutions ou d’organismes français dans le projet est une lacune à laquelle il faudrait remédier.
  • La collecte des données nécessaires (photos de fragment de poteries) est complexe. En effet améliorer la précision d’analyse de l’outil exige une grande quantité d’images et nécessite donc de nombreux déplacements à travers l’Europe ainsi que l’accès aux entrepôts des musées qui collectionnent les différentes classes de poterie.
  • L’utilisation d’ArchAIDE n’intervient que lors de la phase d’identification du fragment trouvé sur site, celle qui inclut de déterminer une classe et une période. La seconde partie, celle de l’analyse détaillée du tesson, doit être réalisée par un archéologue expert en céramique.
  • Certains archéologues sollicités pour tester l’application ont rencontré des difficultés dans son utilisation y compris au stade d’exécution de l’application.

Conclusion 

C’est un outil très prometteur à moyen ou long terme mais qui aujourd’hui, n’est pas encore totalement opérationnel, faute de données de références, notamment en France.

Cordis résultats de la recherche de l’UE

ArchAIDE Partners



Citer ce billet
Christine Boumier (2023, 5 décembre). ArchAIDE : un nouvel outil d’identification de la céramique ? ArchéO'liens. Consulté le 22 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/bcky

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search